Actualités

Interview Alumni, Alban Philouze

Interview Alumni, Alban Philouze

Bonjour Alban, peux-tu te présenter rapidement ?

Bonjour ! Ancien étudiant de l’IDRAC, j’ai étudié à Nantes en formations Bachelor et Bac+4 il y a deux ans. J’ai toujours souhaité travailler dans la restauration et j’ai ainsi réalisé mes stages en entreprise dans ce milieu durant mes formations.
Je suis notamment partit 3 mois au Vietman pour l’un d’entre eux, intégrant ainsi un restaurant gastronomique pour une mission de management. Suite à ce stage, j’ai décidé de me lancer dans la création d’entreprise au Vietnam avec un ami nantais. Mes études à l’IDRAC m’ont ainsi poussé vers le management et l’entrepreneuriat.

Pourquoi t’être lancé dans l’entrepreneuriat ?

Depuis que je suis en âge de travailler, j’ai toujours occupé un poste saisonnier l’été à la Baule en restauration. C’est un secteur que j’ai toujours apprécié et c’est pourquoi j’ai orienté mes stages dans ce domaine, notamment durant mes études à l’IDRAC.

Lorsque je suis arrivé au Vietnam je me suis aperçu que les démarches pour créer une entreprise étaient plus faciles. Alors j’ai concrétisé mon souhait et créé une entreprise dans un domaine qui me passionne !

Peux-tu évoquer avec nous ta création d’entreprise ?

Comme évoqué précédemment, c’est assez simple de créer une entreprise au Vietnam, il suffit de trouver un endroit et d’avoir une connaissance vietnamienne comme garantie pour signer les papiers.
Au départ, mon associé nantais et moi avons tenté une première expérience en rachetant un restaurant franco-vietnamien, expérience qui ne fut pas concluante et nous poussa vers une création d’entreprise.
Aujourd’hui, nous gérons un Bar à vin, cocktail et tapas, appelé « La Bodega », situé dans le quartier des expat’ à Thao Dien dans le distric 2.
La première étape de cette création d’entreprise était de définir l’offre et le concept du lieu. Nous avons fait le choix de partir sur une ambiance type « espagnole », qui change beaucoup des bars déjà existants au Vietnam et avons passé beaucoup de temps à définir notre offre, plaçant notre concept comme aspect central dans la conception de notre Business Plan. A présent, il ne nous reste plus qu’à nous trouver des porrón ! (rires)
Nous avons opté pour un positionnement haut de gamme, qui rassure notre clientèle tant sur notre image de marque que sur notre savoir-faire et la qualité de nos produits. L’idée était ainsi de toucher une clientèle aisée, constituée d’expat principalement.

Nous avons développé notre concept en nous basant sur du marketing sensoriel, une décoration travaillée, des jeux de lumière, un certain registre musical, ainsi qu’un parfum ambiance.
Pour nous, un bon client doit rester au bar 4 heures, pour qu’il reste durant ce lapse de temps il faut qu’il trouve notre ambiance agréable… C’est pourquoi nous avons réellement travaillé notre concept.

Peux-tu nous raconter une anecdote relative à la vie d’un entrepreneur au Vietnam ?

Il faut savoir qu’au Vietnam, compte tenu de la taille de notre entreprise, nous n’avons besoin que d’une licence et nous ne payons pas d’impôts… A la place nous payons la police chaque mois et c’est une pratique tout à fait normale ! (rires)

Lors de notre inauguration, il y avait vraiment beaucoup de gens dans les rues de notre petit village !
De plus nous accueillons des clients de 17h à 5h du matin, c’est donc important d’entretenir de bonnes relations avec eux !

Sur quels apports d’IDRAC Business School vous êtes-vous appuyé pour votre création d’entreprise ?

Malheureusement pas grand-chose en matière de contenu théorique… (rires) Tous mes cours de management étaient bons à jeter car au Vietnam tout est très différent. Ici, le mode managérial en entreprise ressemble beaucoup à des rapports familiaux, il n’y a pas de distance avec les salariés.
Ce qui m’a beaucoup apporté en revanche, ce sont les travaux de groupe et les Business Game.
Je n’étais pas le meilleur en cours, mais lorsqu’il s’agissait de gérer un groupe je me débrouillais plutôt bien ! (rires)
Ce genre de travaux permet de découvrir la personnalité des gens, d’identifier les leaders, les étudiants qui en veulent.

Que conseilleriez-vous à des jeunes d’IDRAC Business School souhaitant se lancer dans l’entrepreneuriat ?

Faites le point sur ce que vous aimez et ce qui peut vous passionner. Lorsqu’un sujet vous passionne tout devient alors plus simple et il sera plus facile de croire en votre projet. Suivez vos envies, prenez des risques et croyez en vous !

Quelles sont selon vous les principales qualités que doit posséder un créateur d’entreprise ?

Rester optimiste. Ne pas subir son stresse. Savoir garder le cap et être sûr de ses décisions.

Le petit mot de la fin ?

Quelques IDRACiens sont passés me voir au Vietnam ! Notamment Maxime Stocco ! C’était vraiment sympa !

Enfin, j’envisage de continuer mon parcours en Afrique dans un premier temps puis Amérique Latine !