Actualités

21/02/2013

Un ancien Idracien témoigne de son expérience

Retrouvez le témoignage d'un ancien Idracien, Grégory GLIKSMAN, qui a réalisé toute sa scolarité à l’IDRAC et qui revient sur son parcours et sa riche expérience

Article Campus Mag – Février 2013

Récemment diplômé de l'IDRAC, Grégory GLIKSMAN a de quoi être fier, à seulement 25 ans, de ses riches expériences professionnelles. Ce passionné de luxe croit en la valeur du travail et rêve de devenir un jour président d'un grand groupe. En CDI chez L'Oréal depuis septembre, il revient sur son parcours et nous dessine les contours de son métier de commercial.

Après mon bac S, j'ai voulu tenter médecine car c'était une voie qui m'intéressait, tout comme le commerce. J'ai essuyé des échecs aux examens de première année, c'est donc tout naturellement que je me suis réorienté vers mon second choix. J'ai intégré l'IDRAC Paris pour suivre un BTS en Management des Unités Commerciales (MUC) où j'ai dès le départ travaillé en alternance chez Kenzo Parfums en tant qu'assistant commercial export pour la zone Afrique. J'ai poursuivi mes études jusqu'en M2, en Management de la Stratégie de Marque, de l'Innovation et du Lancement de nouveaux produits.

Je recommande vivement l'alternance, qui permet de développer des compétences et de se construire un réseau. J'ai fait toutes mes études supérieures en alternant cours et travail en entreprise et, désormais, mon profil peut rivaliser avec celui des étudiants diplômés de grandes écoles. Je suis très actif et je crois beaucoup aux réseaux. Après l'échec en médecine, je n'ai pas pu continuer au second semestre et j'en ai profité pour chercher mon école tout en faisant des petits boulots pour faire des économies et mettre à profit le temps à ma disposition. J'ai donc été hôte d'accueil chez Pénélope. Un jour, j'ai participé au lancement du nouveau parfum de Kenzo dans une boîte de nuit. À la fin de la prestation, j'ai rencontré l'attachée de presse qui a remarqué mon investissement. Je lui ai demandé si je pouvais lui envoyer un CV pour un contrat d'apprentissage et elle a accepté. Quelques semaines plus tard, j'ai passé un entretien avec le directeur régional Kenzo Parfums chargé de la zone Europe/ Afrique. J'ai intégré l'entreprise en septembre en contrat de professionnalisation pour mon BTS en alternance. C'est ainsi que j'ai découvert l'univers du luxe.

C'est en troisième année que je suis entré chez L'Oréal en alternanceen tant qu'assistant commercial export sur la zone Moyen-Orient/ Afrique, puis j'ai poursuivi dans la même entreprise en quatrième année comme chef de produit junior sur l'une des marques de la division Luxe. Durant ma dernière année de M2, j'ai intégré la division des Produits professionnels, toujours chez L'Oréal comme commercial, et je m'occupais du circuit de distribution des salons de coiffure dans toute la France, en remplacement de commerciaux temporairement absents. Une fois diplômé, j'ai été embauché en CDI à Dijon.

Mes fonctions au sein du groupe sont très précises.Je suis en charge d'un secteur composé d'environ 450 salons de coiffure. Ma mission consiste à visiter ceux qui utilisent L'Oréal Professionnel, à leur présenter chaque mois le plan marketing et à essayer de leur vendre toutes les nouveautés et les animations que propose la marque, en vue de développer leur propre salon. C'est le cœur de mon métier. J'ai également la responsabilité de prospecter de nouveaux clients en leur proposant des produits de la gamme afin d'en distribuer au maximum de salons. Il y a une obligation de résultats mensuels qui peut générer du stress, mais je suis très content d'être venu à Dijon, je me sens épanoui dans mon travail et cela se ressent dans les résultats que j'obtiens.

Je me suis rapidement adaptéà Dijon et à l'entreprise car je suis très travailleur, entreprenant et je suis friand de nouvelles idées.

Dans dix ans, je me vois bien «area manager» à l'international pour gérer le circuit de distribution des produits dons différents pays. Ce poste plus prestigieux me permettrait d'exploiter mon bon niveau d'anglais et d'espagnol, d'appliquer des notions de management d'équipe et de traiter directement avec de vrais businessmen qualifiés.

Pour réussir dans ce milieu, il n’y a pas de secret : il faut travailler dur, avoir l’esprit d’initiative et de l’ambition. Être sensible au luxe, à la beauté, aux produits et à la mode est très important car la simple motivation du salaire n’est pas épanouissante à long terme.